Pour garder le caractère populaire de cet évènement, l'entrée sera de nouveau gratuite.

Là encore, c’est une réussite. Tous les convives sont bluffés par la qualité du repas. La musique est bonne elle aussi : un groupe de country s’est déplacé pour l’occasion. Les Royal Falcons montent sur scène pour remercier l’organisation. Le président du Comité, Charles Trachsel, prend le micro à son tour et félicite les bénévoles pour leur travail.

Il a les yeux qui brillent l’Charly ! Va-t-il verser une petite larme ? Eh bien non, pas le temps ! Il nous invite à quitter le hangar car à l’extérieur, Henry Bohlig se lance dans un magnifique spectacle de nuit avec son planeur qui, oh surprise, est armé de feux d’artifices en bout d’ailes Bref, c’est donc bien repus et charmés que les locaux rentrent chez eux et que les pilotes se dirigent vers leur hôtel où ils partageront encore un dernier verre.

C’est un ciel sans nuage qui se révèle tôt le matin. Le programme déjà bien garni de la veille promet d’être encore plus beau pour cette dernière journée de La Fête de l’Aviation 2011 Dès 08:00, les premiers spectateurs arrivent. Plus tard, ils seront près de 30'000 !Dans le public, une petite fille explique à son papa que quand elle sera grande, elle fera comme les Wingwalkers A midi, pendant que les équipages se restaurent, des véhicules de la Deuxième Guerre défilent sur la piste et dans les hangars, de vieux coucous sont également présentés au public. Eux aussi séduisent. Mais la fin du meeting approche En fin de journée, les premiers avions commencent à repartir. Ils ne s’arrêteront pas jusqu’à ce qu’il n’y ait plus un aéronef sur le tarmac lausannois. Les organisateurs qui, deux semaines avant le début de la manifestation, se réjouissaient que tout cela se termine, regrettent d’avoir pu y penser. De même, le baby blues étant quelque chose de typiquement féminin, ce n’est pas Charly qui versera sa petite larme. Mais plus d’une larme il y aura !